Bonhomme

echos-des-barbiers-experience-bonhomme-03.jpg

> EXPERIENCE >

Bonhomme l'espace dédié pour l'homme.


 
© Bonhomme

© Bonhomme

© Bonhomme

© Bonhomme

Plus généraliste qu’un barbier, Bonhomme se positionne comme une enseigne de Grooming et de Life Style au masculin. Aurélien Bertrand a créé un concept à son image : pro, sympathique, ouvert, urbain, et pas du tout poseur. Bonhomme quoi !

« Cool mais pas branché, une notion d’artisanat et de savoir-faire, d’héritage et de modernité »
— Aurélien Bertrand

Quand on demande à Aurélien Bertrand de définir la vision de ses salons Bonhomme, sa réponse est on ne peut plus nuancée. « Cool mais pas branché, une notion d’artisanat et de savoir-faire, d’héritage et de modernité ». D’accord, mais plus précisément ?  « Un peu comme la maison du grand-père dont tu as hérité et que tu décides de garder en refaisant l’intérieur », précise-t-il.  Il ne se revendique d’aucun courant : ni Hipster (surtout pas), ni Street, ni Dandy. Plutôt un Shop pour hommes exigeants.

Un One-stop shop

Partant du principe que l’homme n’aime pas faire les boutiques mais ne déteste pas pour autant consommer (en fait, il adore se faire plaisir), Aurélien a eu l’idée de réunir tout ce dont il pourrait avoir envie. C’est ce que l’on nomme outre atlantique, le One stop shopping, un système de vente qui consiste à offrir au consommateur la possibilité de réaliser la majorité de ses achats (même de nature différente), en un même endroit. En plus de la barbe et de la coiffure ainsi que de ses produits associés (sous les marques Redken Brews, Baxter of California), les clients trouveront bientôt une sélection d’accessoires : cirage, portefeuille, casquettes, teeshirt... Soit un « Mini Colette pour Homme », avance Aurélien, en partenariat avec l’enseigne parisienne branchée, Royalcheese  (donc, rien à voir avec les célèbres hamburgers). Mais le concept de diversification ne s’arrête pas là.

Des soins au masculin

© Bonhomme

© Bonhomme

Au sous-sol du salon parisien de Montorgueil, les hommes se font bichonner en toute confidentialité. Encore un service, tout comme la barbe, inspiré de l’expérience personnelle d’Aurélien : « Lorsque j’ai cherché un lieu où me faire épiler le dos, je n’ai rien trouvé qui me correspondait. Je ne me sentais pas à ma place dans les instituts de beauté, c’était gênant. ». Manucurie, pédicurie, épilation, make-up barbe, massage à la bougie, soin du dos, enveloppement… une carte détaillée permet à l’esthéticienne de proposer un large panel de soins en cabine. L’homme peut tout y faire, ou presque. Car il reste encore un service délicat et difficile à mettre en place, l’épilation du maillot. On ne fait pas tomber tous les tabous d’un seul coup.

Tatoo ou not Tatoo ?

© Bonhomme

© Bonhomme

En cours de proposition (les locaux sont homologués), le tatouage semble être un service complémentaire évident. Mais il n’est pas facile de faire venir des guests tatoueurs qui préfèrent opérer en salons de tatouage, et dans le quartier de Montorgueil, les grands noms ne manquent pas. Aurélien est donc toujours en recherche de super pros reconnus car comme pour l’ensemble de son personnel, il a à coeur de travailler avec les meilleurs.

Une équipe de pros

Coiffeur, à la tête d’un salon de coiffure mixte (enseigne Cute dans la même rue) depuis l’âge de 23 ans, quand Aurélien a cherché à ouvrir son espace au masculin, il a voulu s’entourer d’un barbier d’excellence. Qui mieux que Bastien Sauvage pour lancer Bonhomme ? Professionnel de grande réputation et ex-pilier de l’enseigne parisienne, « La clé du Barbier », Damien est devenu rapidement Directeur artistique de la marque. Aujourd’hui il assure non seulement la formation de l’ensemble des collaborateurs (« tous des passionnés », souligne Aurélien) mais aussi celles de Barbiers exerçant à l’extérieur. Ses stages du lundi sont très prisés, également par le groupe Provalliance (mais ça c’est off !).  Si en 2016, ils n’étaient que trois coiffeurs-barbiers à exercer à Montorgueil, aujourd’hui leur nombre a été multiplié par quatre et ils ne manquent pas d’espace ce fabuleux salon de 200 M2.

Un décor dans l’air du temps

Le salon de Montorgueil se divise en trois niveaux. Si les soins esthétiques ont été cantonnés au sous sol, ils bénéficient pour autant d’une déco attractive et très lumineuse. La cave voutée a été traitée dans le style station métro avec faïence blanche lessivable sur les murs. Bienvenu à l’arrêt Bonhomme ! Le rez-de-chaussée aligne, lui, ses différents espaces : coiffure, billard américain et exposition de vente. Un véritable lieu de vie. L’étage déploie pas moins de 6 fauteuils maxi confort, dans une ambiance masculine très pro. Un univers agréable, sans surcharge ni luxe tapageur qui correspond aux 25-45 ans, la moyenne d’âge de la clientèle, urbaine et très active sur les réseaux sociaux.

Une communication ciblée

© Bonhomme

© Bonhomme

Le digital reste à l’évidence la base de la communication. Dans ce domaine, Aurélien n’a pas lésiné, s’appuyant sur une équipe de cinq personnes, allant du community manager aux deux RP s’occupant notamment de gérer la com via les influenceurs. Par ailleurs, l’événementiel est aussi un domaine important pour Bonhomme qui intervient dans l’animation de soirées avec corner Barbier pour des marques influentes comme Adidas, 1664 ou Galeries Lafayette. Pas de doute, Bonhomme n’a pas fini de faire parler de lui.

© Bonhomme

© Bonhomme

 

 
 

echos-des-barbiers-experience-bonhomme-06.jpg

FICHE D'IDENTITé

Bonhomme : concept de grooming pour Homme et One-Stop Shop

DIRIGEANT

Aurélien Bertrand a créé la marque Bonhomme en 2016, et ouvert le salon de Montorgueil en juin 2016

CHIFFRE D'AFFAIRES

678 K€ au dernier exercice 2017 de la succursale de Paris Montorgueil

FICHE MOYENNE : 

70 euros

REVENTE

12 % du chiffre d’affaires

MARQUE

Redken Brews (Aurélien est ambassadeur Redken Artist), Baxter of California, Decleor pour l’esthétique.

RÉSEAU

Bonhomme possède à ce jour 3 succursales : Paris Montorgueil ; Paris Champs Elysée (4 fauteuils dans le luxueux Hôtel Mathis) et Nantes

PRÉVISIONS FIN 2018/DÉBUT 2019 :

En succursale à Paris dans le Marais ; dans le quartier Saint Honoré ; dans le quartier Oberkampf & à Bordeaux

Franchise : avec ses 3 salons en succursales, Bonhomme est d’ores et déjà prêt pour la franchise.

© Bonhomme

© Bonhomme


Vous avez aimé cet article? Vous aimerez aussi...

Les Hommes ont la classe

Gentlemen Store

Bel Homme

Grooming


OFFREZ cet ARTICLE À VOTRE MEILLEUR POTE. PROFITEZ DE CETTE OCCASION POUR LUI PROUVER VOTRE AMITIÉ !